La Suisse est-elle un exemple en termes d’urbanisme

geneve_geyser

La Suisse est un pays dont l’écologie ne laisse pas indifférent.
D’après Le Temps, 77 % des Helvètes disent en effet soutenir le tournant énergétique en 2015.

Mais qu’en est-il dans les faits ? La Suisse est-elle reine dans l’habitat écologique ?

Des espaces saturés, une gestion de l’urbanisme mesurée

La Suisse compte parmi les pays les plus densément peuplés au monde avec en moyenne 193 habitants par kilomètre carré sur la surface productive. Avec de tels chiffes, la confédération

helvétique freine des pieds au maximum pour construire de nouveaux logements. Cette politique vise tout particulièrement à protéger le pays des affres de la surpopulation en termes de

préservation de l’environnement. Seul problème : la pénurie de logements gagne du terrain et touche en particulier Genève qui fait croître péniblement son parc immobilier de 0,8 % par an tandis

que les demandes se font davantage plus fortes. Même à l’échelle individuelle, les autorisations de construction sont distribuées au compte-gouttes et les initiatives privées dépendent énormément du taux de l’hypothèque, dont l’évolution est visible via le graphique « Évolution des taux hypothécairesde Moneypark.ch »sion_240x160_Suisse

Il s’agit donc à l’avenir de jongler entre impératifs écologiques et impératifs de logements. Dans certaines grandes villes, la tendance est tournée actuellement vers la réhabilitation

des anciennes friches industrielles pour une densité renforcée dans les espaces urbains et un recul de l’étalement immobilier.

La Suisse initiatrice d’habitats alternatifs

Même si au niveau de la confédération, des solutions de logement durable sont encore à trouver, à l’échelle locale, on retrouve des initiatives environnementalistes qui méritent d’être citées. Parmi

elles, le mouvement architectural vernaculaire fait des émules. Porté en Suisse par l’architecte Jacques Herzog, ce courant tente d’inclure le bâtiment dans l’environnement. Autrement dit, le

chantier doit comprendre des matériaux extraits ou produits localement et aussi se mouler parfaitement dans le paysage (des contraintes complexes à visées écologiques). Ce type de construction prône également l’utilisation d’éléments recyclés et s’oppose à la monotonie des ensembles. À chaque région, son architecture détient son propre style en adéquation avec le climat, le type de sol et la biodiversité de l’espace. C’est à Bâle que Jacques Herzog et son célèbre acolyte Pierre de Meuron ont laissé le plus de marques en pays helvétique avec notamment l’édification du bâtiment de la Messe (foire). Fidèles à leur philosophie, les deux architectes ont entrepris dans la cité rhénane des chantiers plus différents les uns que les autres en passant de la petite maison à la construction du stade.

À l’instar de l’Allemagne, la Suisse connaît aussi de nombreux collectifs ou coopératives qui développent à titre indépendant des habitats durables et sans conséquences pour l’environnement.

On peut noter par exemple, l’existence du collectif Equilibre dans la région de Genève, un cas de coopérative d’habitation unique en Suisse.

D’autres articles sur les maisons de l’avenir sont à découvrir dans la section habitat du blog !

sion_Suisse



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *