Solar Impulse 2 Tour du monde

solar_impulse_avion_solaire

Le défi du Solar Impulse 2 est lancé : effectuer un tour du monde sans utiliser une goutte de carburant !


Solar Impulse 1, (HB-SIA) c’était, depuis 2009, le prototype du premier avion solaire à voler sans carburant ni émission polluante pendant le vol, à accomplir un vol de nuit, à relier deux continents et à traverser les États-Unis !

Les concepteurs à l’initiative de ce beau projet (les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg) prévoient en ce printemps 2015 d’effectuer le premier tour du monde à bord d’un avion alimenté uniquement  à l’énergie solaire : ce n’est plus de la science-fiction.

Nous n’avons pas à faire à des débutants… Bertrand Piccard est un pionnier de l’aviation suisse : il faisait déjà partie de la première équipe pour le tour du monde en ballon en 1999 !solar_impulse_2_vol
Les deux concepteurs sont entourés d’une équipe de chercheurs mais également d’étudiants de l’EPFL (l’école polytechnique fédérale de Lausanne) : cette collaboration donne aux élèves la possibilité d’apprendre au contact de spécialistes et surtout de s’impliquer sur des projets concrets et novateurs.
Les technologies et développements menés par Solar Impulse peuvent, par la suite, être appliqués à d’autres domaines.

L’équipe du projet a montré aux éventuels sceptiques comment les technologies propres participaient à réduire la consommation des ressources naturelles et à diminuer, par conséquent, notre dépendance à l’égard des énergies fossiles.

Ensemble, nous devons courir le monde sans consommer la terre [Spiesshofer d’ABB : partenaire du projet]

Cet avion n’aura pas de cabine pressurisée. Son cockpit agrandi permettra au pilote de s’allonger complètement pour des étapes de 4 à 6 jours, sa charge utile sera augmentée, ses circuits électriques rendus étanches pour pouvoir voler sous la pluie et des systèmes redondants amélioreront la fiabilité.
Les pilotes se relayeront au fil du voyage.
tour_monde_solar_impulse_2

Le Parcours :

Abou Dhabi sera la ville de départ et d’arrivée de Solar Impulse 2.
– Fin février – début mars, Solar Impulse mettra le cap sur MuscatOman
Ahmedabad et Varanasi en Inde
Mandalay au Myanmar
Chongqing et Nanjing en Chine
– la traversée du Pacifique jusqu’à Hawaii
– puis Phoenix aux Etats-Unis
– une seconde ville américaine qui dépendra de la météo, et ensuite New York
– La dernière partie du trajet comportera la traversée de l’Atlantique pour faire escale soit en Europe du Sud soit en Afrique du Nord avant de revenir au point de départ entre fin juillet et début août 2015.

Au total, 5 mois de trajets dont 25 jours à bord du cockpit.solar_impulse2_coin_suisse

Solar Impulse 2 en chiffres :

Vitesse maximale : 80 km/h
Premier vol : 3 décembre 2009
Envergure : 72 m
Masse : 2 300 kg
Longueur : 22 m
Vitesse de croisière : 70 km/h
– 17 248 cellules solaires intégrées dans l’aile alimentent en énergie renouvelable quatre moteurs électriques (chacun d’une puissance de 17,5 CV) Le jour, les cellules solaires rechargent les batteries au lithium de 633 kg qui permettent à l’appareil de voler la nuit et d’avoir ainsi une autonomie quasi illimitée.

#Si2 sera le hashtag sur Internet pour suivre l’évolution du Solar Impulse 2 (immatriculé HB-SIB).

Une pièce d’argent de 20 francs suisse a même été mise en circulation pour célébrer l’évènement (réalisée par Angelo Boog de Wallisellen) !

Liens

Site officiel du Solar Impulse
Page Twitter du Solar Impulse 2
Page Google+ de Solar Impulse 2
Histoire de l’aviation solaire
Solar Impulse à Bruxelles
Photos

Vidéos

Extrait du JT de RTL datant du 23 janvier 2015

Le Solar Impulse 2 comme si vous y étiez !



8 commen-Terres pour Solar Impulse 2 Tour du monde

  1. McCready dit :

    Gigantesque opération de com’ -de greenwashing – que tous les gogos incultes applaudissent – Thales construit des armes mais vend du rêve, les pays du Golf et Monaco sont des paradis fiscaux ou dort l’argent de ceux qui brûlent la planète. Piccard a bénéficié de 50 millions de dollars pour recommencer la vraie prouesse de Mc Cready 25 ans (le vrai pionnier génial et désargenté – avion solaire des années 80) plus tard. Depuis 1900 on roule électrique et on motorise électrique n’importe quoi, on peut donc voler électrique mais toujours pas loin et pas vite. Qu’est-ce que « prouve » cette com’ ? Des dizaines de millions pour un seul passager – Qui sont les financiers ? Quelle est l’ampleur des enjeux réels et quel ingénieur oserait assurer que l’avion électrique est « viable » ? Qui oserait au contraire encourager le monde à ne plus voyager en jet (ou en électrique !) par loisir de riches ? Du greenwashing pur soit de l’abus de confiance. Comme tous ses sponsors le pratiquent. Les vrais héros feront notre éducation, pas de la com’.

    • Michèle dit :

      Bonjour McCready et merci pour votre commentaire, si vous le permettez, je vais développer le mien !
      Il est toujours sage, à mon avis, de se poser la question : qu’est ce que cache une publicité bien organisée ?
      C’est une question que je me pose, par exemple, régulièrement, quand je lis de longs articles très bien documentés qui continuent de proclamer que les humains n’ont rien à voir dans le réchauffement climatique, que le nucléaire est la seule énergie «propre», …
      Pour ce qui est de l’utilité d’employer des moyens énormes pour mettre en place des nouvelles technologies… Notre vie quotidienne est articulée autour de centaines de technologies, dont nous sommes très heureux de bénéficier et qui, pour de nombreuses d’entre elles, ont été développée avec des moyens énormes, des innombrables et coûteux essais et erreurs . Un exemple qui touche la plupart d’entre nous au quotidien est celui de la sécurité automobile : c’est sur les très coûteux circuits de formule 1 qu’on été mis au point les systèmes de sécurités qui équipent nos véhicules aujourd’hui.
      Et pour ce qui est de faire de l’éducation… Personnellement je commencerais par tenter de convaincre mes contemporains de l’impact désastreux qu’engendrent les voyages tous azimuts sans aucune attention à l’impact de ceux-ci sur les populations et environnements locaux…
      Quant à Bertrand Piccard, il me semble que le monde ne se porterait que mieux s’il se peuplait de personnes telles que celle-là. C’est un homme qui a le courage d’ouvrir de nouveaux horizons, d’oser rêver, et de concrétiser ses projets. En mettant en œuvre ses projets complètement fous, il permet, entre autres, de développer des matériaux hyperlégers et très performants dont je suis convaincue qu’ils seront utiles à de nombreux projets. Ils ont aussi contribué à beaucoup mieux connaître les vents aux diverses altitudes, une science autour de laquelle s’articulent tous les services météorologiques du monde. Leurs recherches sur les batteries performantes et légères auront elles aussi certainement un impact important.
      Le projet Solar Impulse met en œuvre d’énormes moyens, c’est vrai, mais personnellement, contrairement à vous, il ne me semble pas que cela ait quoique ce soit à voir avec de l’abus de confiance … !

  2. Lahir thierry dit :

    Bonsoir Michèle,
    Ils n’ont pas fini de nous surprendre ces deux-là avec leur équipe. J’espère que le fruit de leur travail débouchera vers des technologies autres que dans le domaine de l’aéronautique.
    A bientôt !

  3. Pierre Gascard dit :

    En tant qu’ancien sergent de l’Armée de l’Air Française (attention, ce n’est pas n’importe quoi, surtout quand j’y étais !) je suis de tout coeur avec eux.
    Faut le faire quand même !!!

  4. Balteau Henri dit :

    (ré)apprendre à voler …(ré)apprendre à marcher … (ré)apprendre à respecter notre planète … Attention à la terre ! Quoi !!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *