Ralentissez migration de batraciens

migration_batraciens_panneau_routier_470x260

Tritons, salamandres, grenouilles, crapauds, ils étaient tous au rendez-vous samedi soir.

Pourquoi ces panneaux routiers ?

Chaque année, entre la fin du mois de février et la mi-mars, les batraciens sortent d’hibernation pour aller se reproduire dans des zones humides : les mares et les étangs qui les ont vus naître afin de s’y reproduire à leur tour.
Le phénomène bien connu pose pourtant problème à cause du nombre incalculable de batraciens écrasés lors de cette migration, et ce malgré les panneaux de signalisation disposés aux endroits stratégiques.

J’ai la chance d’habiter une zone bien couverte par ces batraciens « de tous poils » : grenouilles rousses, crapauds communs, tritons alpestres, ponctués, palmés, salamandres…etc… et, par chance, cette année, un barrage de 150 mètres a été installé le long d’une partie de la route, permettant ainsi aux migrants de « tomber » dans les seaux répartis de chaque côté de la bâche. Il n’y a plus dès lors qu’à les récupérer le matin et le soir afin d’éviter le carnage que l’on peut observer chaque année sur la route.
Trop peu de personne en parle et on se retrouve confronté chaque année à des chauffards qui klaxonnent, qui accélèrent…etc ce qui rend l’opération encore plus dangereuse.

Des soirées de sensibilisation

Samedi soir avait lieu près à Wanze une soirée de sensibilisation, organisée par Raînne, un groupe de travail de Natagora consacré à l’étude et à la protection des amphibiens et des reptiles.
Pierre-Yves Lenoir et Frédéric Bertrand, bénévoles chez Natagora sont venus partager leur savoir aux personnes (dont de nombreux enfants) ayant répondu présents. (voir vidéos sous l’article)
Nous avons également apprécié la présence d’un policier, ce qui a permis à la quarantaine de personnes présentes de travailler en toute sécurité.

L’occasion d’en apprendre un peu plus sur ces animaux souvent représentés dans les bandes dessinées mais plutôt méconnus d’une grande partie de la population.
Ils jouent un rôle important dans l’équilibre écologique de notre environnement, puisqu’ils sont un maillon important de la chaîne alimentaire.kermit_grenouille_marionette

– Les batraciens adultes sont des prédateurs inconditionnels de tous les petits invertébrés : limaces, vers, cloportes, fourmis et autres insectes sont leurs mets quotidiens, au grand bénéfice de nos cultures.
– Les batraciens sont eux-mêmes la proie de quelques oiseaux et mammifères (héron, corneille, chouette, putois…).
– Leurs larves et têtards sont une nourriture de choix pour les poissons et pour bien d’autres animaux aquatiques (notamment les larves de libellules… libellules qui, à leur tour, dévoreront quantité d’insectes volants, les moustiques par exemple).

Si les amphibiens venaient à disparaître, ce fragile équilibre entre proies et prédateurs serait assurément perturbé.

Le saviez-vous ?

  • Si la grenouille pond une multitude d’œufs, le triton en pond un sur chaque feuille qu’il replie pour le protéger.
  • Manipulez les batraciens avec délicatesse, tout spécialement les tritons. Vu leur taille, leur ossature n’est pas à toute épreuve ! Une chute de hauteur d’homme pourrait leur causer des lésions internes, invisibles…
  • Les batraciens sont aussi appelés amphibiens (du grec amphi «en double» et bios «vie») ce qui signifie «qui a deux vies». D’une part, la vie aquatique que mènent les larves et têtards de batraciens et, d’autre part, la vie terrestre que mènent les jeunes et adultes. Entre les deux, la métamorphose : une phase délicate qui s’accompagne de transformations fondamentales, comme le passage d’une respiration branchiale (aquatique) à une respiration pulmonaire (aérienne).
  • Ovovivipare, la salamandre ne « pond » pas d’œufs mais bien directement des larves. Elle va garder en effet les œufs dans son utérus jusqu’à ce qu’ils éclosent.
  • Le crapaud accoucheur porte bien son nom : il entortille les œufs produits par la femelle autour de ses pattes arrière pendant la ponte. Il les gardera jusque l’éclosion, en les humidifiant régulièrement dans un plan d’eau. Identifiable grâce à sa peau pustuleuse, son iris doré vermiculé de noir et sa pupille verticale.
  • Les grenouilles et les crapauds font partie de l’ordre des Anoures. Leur queue disparaît lors de la métamorphose, lorsqu’ils se préparent à gagner les milieux terrestres.
  • Les tritons et la salamandre font partie de l’ordre des urodèles. Leur queue est visible tout au long de leur vie.

Si le sujet vous intéresse, jetez un oeil curieux aux liens ci-dessous, et surtout, ralentissez !

Liens

Natagora
Créer une marre naturelle dans son jardin (PDF)
Quelques conseils pour votre mare de jardin
Chaîne Youtube de Natagora
Batraciens : le site consacré aux opérations « grenouilles sur les routes » (Belgique)
L’utilité et la protection légale des batraciens
Arthropologia France
Pourquoi et comment sauver les crapauds (Dardilly, France)



8 commen-Terres pour Ralentissez migration de batraciens

  1. Urus dit :

    Un article très complet qui fait plaisir à lire !
    Merci Michèle !

  2. Lorène dit :

    Je regrette d’avoir été tant occupée ces derniers temps : j’aurais tellement aimé vous prêter main forte. L’an prochain, je serai des vôtres, c’est promis. bise !

  3. asus dit :

    ces animaux peu appétissants sont tellement utiles – ils mangent les moustiques (certains en silence) – merci pour cette belle leçon.

  4. véro dit :

    superbe !
    Merci bcp pour ce reportage.
    Pour une fille de la ville, c’est carrément exotique de voir et de comprendre ce genre de délicatesse.
    C’est grâce à vous qu’on peut vivre en ville avec tout ce qu’il faut pour nous nourrir…
    A la santé des grenouilles !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *