l’huile de palme détruit – Kalaweit agit

kalaweit_chanee_barque_470x260

Chanee (via son organisation Kalaweit) travaille depuis 15 ans pour aider la forêt, les gibbons, les populations locales et nous tous par la même occasion!

Origine de Kalaweit

L’association Kalaweit (qui veut dire « gibbon » dans le dialecte local de la partie indonésienne de Bornéo) a vu le jour en 1997. A l’époque, Chanee a 18 ans (de son vrai nom Aurélien Brulé, baptisé Chanee par les Indonésiens car cela signifie gibbon en thaïlandais), a déjà écrit un livre : Les gibbons à mains blanches et passé la plus grande partie de son adolescence à se consacrer à leur étude.
Arrivé à Bornéo en mai 1998, il prend conscience de l’ampleur du carnage, les forêts sont rasées pour faire place aux plantations de palmiers à huile et la faune sauvage est décimée, les gibbons aussi… Il décide de s’y installer.

Aujourd’hui

La déforestation n’a jamais été aussi rapide qu’à l’heure actuelle, le constat est là, mais Chanee n’est pas du genre à se lamenter, il fonce, il sait que c’est David contre Goliath, mais, son intelligence et sa ténacité lui ont déjà permis d’avancer.
Comme il l’explique dans les vidéos ci-dessous, chaque petit bout de forêt sauvé, chaque hectare acheté par Kalaweit lui donne l’énergie de continuer malgré les menaces et les échecs.

« En Indonésie, l’équivalent de six terrains de football de forêt primaire disparaît chaque minute, nous assistons à une compétition entre les orangs-outans et l’huile de palme », explique Sri Suci Utami Atmoko, primatologue à l’Université nationale de Jakarta.
L’Indonésie et son voisin la Malaisie, qui monopolisent 85% de la production d’huile de palme dans le monde, ont perdu plus de 11 millions d’hectares de forêts entre 2000 et 2010, soit la taille du Danemark, selon une étude publiée dans la revue spécialisée « Global Change Biology ».
La moitié des forêts indonésiennes a ainsi disparu en cinquante ans, souvent au détriment des populations indigènes.
« L’huile de palme apporte la richesse à l’Indonésie mais dans le sang », résume Wirendro Sumargo, responsable de campagne chez Greenpeace à Jakarta [Extrait de 7 sur 7 planète]

Toute cette déforestation n’a qu’un objectif : planter des palmiers qui à très court terme produiront des fruits (3 ans après plantation, et pendant au moins 20 ans) dont seront extraits des tonnes et des tonnes d’huile de palme présente dans nos produits alimentaires et cosmétiques, depuis plusieurs décennies, kalaweit_ecussonsans que l’on s’en rende vraiment compte (car difficile à repérer sur les étiquette. Voyez les liens sous l’article, allez visitez le site d’Adrien qui a choisi de vivre complètement sans huile de palme, c’est difficile mais c’est possible).
Les produits bio n’y échappent pas non plus.
Elle est également utilisée pour produire des biodiesels, carburants encouragés par l’Union européenne afin de réduire la part d’énergies fossiles consacrée au transport…

Que faut-il penser de la certification RSPO en faveur d’une huile de palme durable ?

Le label RSPO n’a rien de green… (voir la dernière vidéo sous l’article)

Les Amis de la Terre, dans leur rapport « Arnaque à l’huile de palme durable » (2011) indique qu’aujourd’hui, force est de constater que les importations européennes d’huile de palme ont continué d’augmenter malgré les annonces de quelques entreprises de l’agroalimentaire et de la grande distribution d’en arrêter la commercialisation. […] Le principal moteur des importations d’huile de palme en Europe est en réalité le développement des agrocarburants. Selon cette association, l’essentiel de la production européenne de colza et de tournesol a été détournée vers les agrocarburants et, en substitution, les industriels de l’agroalimentaire et d’autres secteurs ont augmenté les importations d’huile de palme…
Concernant l’huile de palme durable et la RSPO, «Les critères sont trop faibles […] et cette certification est utilisée pour ne pas remettre en cause le problème fondamental de surconsommation dans les pays riches».
Les solutions seraient de se tourner vers des huiles plus locales et surtout de réduire notre trop grande consommation d’huile (pour les pays occidentaux) plutôt que dans l’illusoire développement d’une monoculture d’exportation durable que ce soit la palme ou le soja OGM. [Extrait du magazine EcoConso : L’huile de palme : Tour d’horizon]

Question santé

Si la biodiversité ou la protection de l’environnement ou la vie des gibbons ne vous chatouille pas, peut-être êtes-vous tout de même préoccupés par votre santé, et là, restez assis car je vais ajouter un couche!

[…] L’huile de palme c’est 45% de graisses saturées, alors que l’huile d’olive n’en contient que 15% et l’huile de noix 10%.
La consommation importante de graisses saturées contribue à augmenter le mauvais cholestérol, les risques de maladie cardiaque et d’Alzheimer, de cancer du sein, de dépression et surtout d’obésité. […]
Prenez la peine de lire entièrement les emballages, vous verrez la présence d’huile végétale dans quasi tout ce que vous consommez habituellement, même dans le pain ou les céréales, ce qui est d’autant plus grave, car l’huile de palme n’apporte strictement rien de positif et est tout simplement à proscrire. Chaque jour, de jeunes mamans découvrent avec stupeur que les aliments de leur bébé (Guigoz, Nestlé, Blédilait …) contiennent aussi ce poison. [Extrait du site Koter info : boycott de l’huile de palme]
Rappelons que l’huile de palme, pour moitié saturée, s’est substituée aux huiles végétales hydrogénées et aux fameux acides gras trans particulièrement nocifs pour notre santé.
Ses aspects nutritionnels et techniques font, en outre, qu’elle s’incorpore – un peu trop – facilement à de nombreuses préparations, en leur conférant structure et texture.
Les fabricants ont donc tendance à en abuser sans lui préférer une alternative plus saine.
Résultat : plus d’un produit transformé sur deux comme les biscuits, pâtisseries, chips ou snacks, souvent consommés en excès, contient de l’huile de palme. [Extrait de Test-Achat : L’huile de palme dans le colimateur]

Des solutions ?

portrait_chaneeChanee ne veut pas faire de « messages écologiques chiants » (sic), il préfère toucher les gens par ses actions, ses récits, sa sincérité.

Pour être heureux sur cette terre, « il suffit » de se donner une mission : La sauver ! [Chanee]

Il est à présent entouré de Prada, son épouse, d’Andrew et d’Enzo, leurs fils ainsi que de Brian qui veille silencieusement sur eux (lire le récit poignant de sa naissance dans Le nouveau-né).
Etant président, non rémunéré, de l’association Kalaweit, il ne vit que de ses droits d’auteur.
En achetant ses livres, en parrainant un gibbon, en devenant Ami de Kalaweit…etc (voir les liens ci-dessous), vous participerez, à votre niveau, à renforcer l’association.

Il voudrait encourager la « Kalaweit attitude », c’est-à-dire saisir toutes ces occasions d’aider, d’être éveillés à tous les signes qui sont là autour de nous en permanence !!
Ecoutez-le au micro de Nuwa le 19 avril 2013 (cliquez sur la flèche du lecteur audio)

Chanee-sur-Nuwa-RTBF-La-Première

 

Je viens de terminer la lecture de deux de ses livres très touchantsLe nouveau-né (2011) et Le sourire fendu (2013).
Dans ce dernier, il explique les différentes rencontres qui ont jalonné son parcours, dont celle « par hasard » avec Wa-Wa, (signifiant gibbon en Indonésien !), un jeune garçon au visage déformé par un bec de lièvre, ce qui lui ôte tout espoir d’avenir à Bornéo. Voyez via la première vidéo, elle illustre le chapitre sur leurs retrouvailles.

prada_chanee_andrew

Si l’Homme apprend un jour à aimer la vie, toute la vie, Kalaweit n’aura plus à lutter [Chanee]

Découvrez Chanee et Kalaweit à travers les différents liens et vidéos ci-dessous, et, si vous le pouvez, faites aussi quelque chose à votre niveau mais déjà : lisez les étiquettes, essayez d’éviter au maximum l’huile de palme (souvent appelée simplement « huile végétale »)

Liens

 

Vidéos

Illustration en vidéo d’un des passages du livre de Chanee : les retrouvailles avec Wa-wa (Le Sourire Fendu, éditions Strapontins)

Chanee parle de son combat et de son nouveau livre « Le sourire fendu », au micro de Claudine Brasseur animatrice du Jardin extraordinaire sur la RTBF

Reportage sur Chanee Kalaweit dans 30 millions d’amis (Janvier 2013)

Message de Test-Achats à propos des huiles de palme sois-disant labellisées RSPO



13 commen-Terres pour l’huile de palme détruit – Kalaweit agit

  1. Marie-Pierre dit :

    Bonjour,
    Je ne suis pas sure que ce combat contre l’huile de palme soit totalement juste.
    Soit, la déforestation en Indonésie est mauvaise pour l’environnement des gibbons et elle peut être également mauvaise pour l’environnement des indonésiens et donc pour notre environnement à tous, et je comprends le combat de Chanee.
    Cependant je souhaiterais qu’on m’explique en quoi la déforestation de l’Amazonie et le retournement des prairies d’Urugay et d’Amazonie pour permettre la culture de soja OGM arrosé de pesticides serait plus écologique pour notre environnement (j’ai des amis qui vont depuis des années là-bas et ils constatent chaque année une extension à grande vitesse des cultures de soja OGM). Or c’est vers cela que se tournent nos grands groupes de l’agro-alimentaire soucieux de leur image de marque et des campagne de boycotte lancées contre l’huile de palme. En gros qui a intérêt à faire disparaitre complètement l’huile de palme (d’autant que je ne suis pas sure que un boycotte aide l’Indonésie globalement).
    Réfléchissez au fait qu’en voulant sincèrement un « mieux » on ne favorise pas un « pire » !
    De plus, en quoi les matières grasses issues des troupeaux laitiers nourris à l’ensilage de maïs et au soja, qui sont, elles, pratiquement totalement composées d’acides gras saturés, seraient également préférable pour notre santé et notre environnement ?
    Comme il est dit la culture de palme est en place pour presque 20 ans, le soja doit être ressemé chaque année et arrosés de produits phytosanitaires pour produire. Celui cultivé en Amérique du Sud pour les besoins de l’agro-alimentaire est à 100% OGM.
    Alors entre la peste et le choléra, je préfère consommer de l’huile de palme à dose très modérée, puisque je n’achète que très, très peu de produits issus de l’agro-alimentaire.
    Je préfère défendre une consommation de produits agricoles locaux de qualité et éviter l’achat de produits issus de l’agro-alimentaire a la recherche de matières premières au prix le plus bas possible, ce qui explique les scandales alimentaires quand on découvre l’huile frelatée par de l’huile de vidange vendue par l’Ukraine ou la viande de bœuf provenant de bien d’autres animaux en provenance de la Roumanie.
    Marie-Pierre, Coach et Ingénieur agro

  2. Patricia dit :

    Chez moi aussi on dit « oufti » 🙂
    Gael, vous n’avez pas lu les livres de Chanee alors comment pouvez-vous les juger ? L’huile de palme n’en est pas le sujet principal. Son combat n’était pas celui-la au départ mais c’est un problème auquel il s’est retrouvé confronté et qui fait partie de son quotidien maintenant.
    Merci pour cet article et merci à Myriam , Laurence, Michèle et tous ceux qui ont compris le combat de Chanee et de Kalaweit.

    • Jacques dit :

      « Selon cette association, l’essentiel de la production européenne de colza et de tournesol a été détournée vers les agrocarburants ».

      Je m’associe globalement à la démarche, mais cette affirmation me surprend un peu. Quelqu’un aurait-il des éléments précis et surtout vérifiables sur la destination des huiles européenne svp ?

      • Myriam dit :

        Jacques : « Quelqu’un aurait-il des éléments précis et surtout vérifiables sur la destination des huiles européenne svp ? »

        Une petite piste pour vous documenter dans cette direction:
        http://www.notre-planete.info/ecologie/energie/biocarburants.php

        Marie-Pierre, je ne pense pas que Chanee dise que l’exploitation de l’huile de palme est pire que…
        Son histoire l’a simplement amené à constater les dégâts occasionnés par ce type de culture dans le pays dont est originaire son épouse. Et il essaye d’agir pour préserver là-bas ce qui peut l’être.
        Si la vie avait mené Aurélien Brulé en Amérique latine et qu’il y avait constaté les dégâts provoqués par la culture délirante du soja, il a fort à parier qu’il se serait engagé là-bas.
        Le secret, dans tout les cas, est, comme tu l’écrit Marie-Pierre, de modérer notre consommation, d’acheter, autant que faire se peut, local et d’arrêter de aire l’autruche en refusant de voir combien notre manière de vivre en Europe, implique, souvent, l’exploitation de nos frères humains et de la terre qu’ils habitent…

  3. Alain dit :

    Gaël…..pfffffffffff !

  4. Myriam dit :

    Oufti Gaël ! (comme on dit près de chez moi).

    Chanee ne dit pas qu’il n’y a que le problème de l’huile de palme…
    Sa passion d’enfant l’a confronté à une situation qu’il essaye de dénoncer et de combattre. Il y consacre toute son énergie.
    Si chaque personne qui est interpelée était aussi efficace que Chanee, nous courrions peut-être moins vite, tous ensemble, vers la catastrophe.
    Chanee d’origine européenne, essaye de faire prendre conscience aux Européens des conséquences de leurs choix quotidiens aussi bien pour les populations concernées, que pour l’environnement.
    Je n’ai aucune illusion sur l’impact qu’il pourrait avoir avoir sur un décideur chinois…
    J’ai souvent l’impression d’être entourée de personnes qui disent :
    qu’il est trop tard
    – que si les autres en profitent, pourquoi pas eux?
    – qu’il y a d’autres problèmes plus importants

    Dis-nous: quelle piste concrète nous proposes-tu pour influencer les choix des Chinois dont les choix commerciaux sont évoqués dans l’article que tu nous invites à lire ?
    Myriam

  5. Gael dit :

    Je trouve ce genre de bonhomme sérieusement agaçant. Il vit, comme ceux qu’il combat, de l’huile de palme. Ses bouquins vendent parce qu’il parle de l’ennemi favori des Français et il ajoute une petite touche drame/espoir avec un visage de gibbon.
    Il passe pour le gendre idéal, impliqué, green. Moi je n’y crois pas. Tout ça, c’est sa com green washing.
    je trouve par exemple pour le moins étonnant que, sur place toute l’année, il ne trouve pas d’autre responsable de la déforestation. On sait aujourd’hui que l’huile de palme est responsable d’environ 10% de la déforestation totale. Il y a des « gros méchants » qui détruisent davantage la forêt, mais il ne les évoque pas ! Par exemple, la Chine qui avale hectare après hectare pour voler des bois tropicaux, ça n’est visiblement pas essentiel pour lui de l’évoquer… http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20121129.AFP6375/la-chine-continue-sans-scrupule-a-piller-les-forets-tropicales.html

    • Laurence dit :

      J’aimerais bien savoir Gael d’où vous tenez ce chiffre de 10% ??? Soit vous êtes vraiment naïf pour croire cela, soit vous n’êtes en rien curieux pour creuser un peu plus loin ce que vous lisez, soit vous avez des intérêts dans l’industrie palmière !

      L’huile de palme que l’on trouve dans les produits alimentaires, cosmétiques, biocarburant, etc. provient d’Indonésie, de Malaisie pour les 3/4 puis de Papouasie Nouvelle-Guinée et plusieurs pays d’Afrique tropicale. L’huile de palme d’Amérique du Sud est pour le marché du bio (même si cette huile n’est pas si bio que ça…).

      L’huile de palme n’a que des désavantages qui sont :
      – Déforestation massive
      – Extinction irréversible des espèces
      – Gaz à effet de serre
      – Cultures intensives (pesticides)
      – Pollution
      – Esclavagisme moderne
      – Malbouffe (conditionnement alimentaire)
      – Maladies cardio-vasculaire
      – Mauvaise visibilité du consommateur (huile et graisses végétales)
      – Publicité mensongère

      La déforestation est le 1er palier avant les plantations d’huile de palme. L’industrie forestière est de mèche avec celle palmière puisque la quasi totalité de ces deux industries appartiennent aux mêmes groupes. On déforeste pour le bois, la pâte à papier et ensuite on plante des palmiers à huile. Double bénéfice !
      Ce chiffre de 10% est un chiffre sorti de je ne sais pas où, que j’ai déjà lu mais qui n’est absolument pas le reflet de la réalité !

      Cautionner, du fait que l’huile de palme est plus rentable, que des espèces meurent, soient massacrées pour nous humain et que cela soit « normal » ?? Je rêve ! Vous allez me dire que non vous ne trouvez pas ça normal mais qu’on n’y peut pas grand chose… Si justement on peut faire quelque chose et on doit faire quelque chose !!! Boycottez l’huile de palme est une des premières mesures toute simple à faire. Vous allez aussi me dire que l’on fait pareil en France avec les animaux d’élevages. Manque de chance, je suis végétarienne !
      Pour ce qui est de la question de l’huile de palme est mieux que le tournesol, le soja et autres cultures, je vous dirai (pour faire court) que la grande majorité de ces cultures servent à nourrir les animaux d’élevages aux US et en Europe et non pour nourrir les populations autochtones qui elles meurent de faim…

      Pour que les champs de palmiers à huile naissent, il faut avant cela raser la forêt et la brûler. En la brûlant, ces des milliers de tonnes de gaz à effet de serre qui partent dans l’atmosphère si bien que la Malaisie est un des principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre. De plus, les plantations de palmiers à huile sont extrêmement pauvres en vie, en biodiversité par l’effet, entre autre, des pesticides utilisés. Ces plantations ne remplaceront jamais les forêts abattues et le foisonnement de vie qui y régnait.

      Les palmiers à huile sont traités avec des pesticides, Mosanto pour ne pas les citer. Parce que par leur rendement cela nécessiterait moins de pesticides, cela cautionne l’utilisation de pesticides. En fait, ça ne vous dérange pas de manger des pesticides je vois, continuer comme ça, votre santé vous remerciera.
      L’huile de palme n’est peut être pas un poison instantané pour votre santé. De mon côté, je préfère l’huile d’olive ou de tournesol. En tout cas, les Crétois ne mangent pas d’huile de palme et ils s’en portent plutôt bien !

      Concernant l’esclavagisme moderne, c’est ce que vous dirons les personnes qui sont en contact direct avec les populations et qui agissent dans leurs intérêts et celui de la forêt, leur mère nourricière. Ecoutez ce que les Dayak pensent des palmiers à huile… Il n’y a pas que Chanee qui le dit, des dizaines d’associations qui oeuvrent là bas ont le même discours (si besoin je peux vous les citer). Le WWF est acheté par les lobby des industries palmières, forestières, chimiques. Si vous en êtes encore à écouter ce que le WWF dit et de boire leurs paroles c’est que vous n’êtes pas si curieux que ça…

    • Alexi dit :

      10 % de déforestation à cause de l’huile de palme. Je ne sais pas qui est « on » mais on est un… C’est tellement facile de savoir la vérité quand on en a envie:

      http://vivresanshuiledepalme.blogspot.fr/2013/01/deforestion-pour-lhuile-de-palme-la.html

    • Michèle dit :

      Bonjour Gaël,
      Tout d’abord, merci d’être passé par ici, c’est qu’au moins le sujet te titille.
      Je n’interviendrai pas sur ton jugement à propos de Chanee, tu as tes raisons personnelles et c’est ton droit, même si je ne les partage pas.
      Par contre, en ce qui concerne son travail, ses actions, lui seul (et il ne s’en prive pas dans ses livres : sa sincérité ne peut être mise en doute, de mon point de vue) et ses proches peuvent se permettre de critiquer, et c’est toujours pour s’améliorer d’avantage.
      L’article de Sciences et Avenir est très intéressant, personne n’est dupe, et même si « La Chine continue impunément d’exporter la déforestation » au nez et à la barbe du monde entier et des ONG, faut-il pour autant ne plus bouger ?
      Il ne s’agit pas ici de changer le monde grâce à Kalaweit, tout le monde l’aura bien compris, mais de souligner les initiatives quelles qu’elles soient.
      Je vois que Myriam, Laurence, Alexi et Alain m’ont devancée. Tu as le mérite d’avoir lancé le débat, la connaissance et la recherche d’infos permettent en général d’avoir du recul et parfois de changer son point de vue.
      N’hésite pas à revenir, le débat est ouvert !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *