Eolienne et train à voile projet ou utopie ?

train_voile_parc_eolien_belgique

L’idée est prometteuse : construire un parc éolien baptisé « train à voile ».

Composé de 25 éoliennes, il devrait fournir en électricité la ligne de chemin de fer à grande vitesse Liège-Bruxelles.

Un parc éolien appelé « Train à voile »

Il était question d’implanter 25 éoliennes de 150 mètres de haut le long de l’autoroute E40 entre Bruxelles et Liège.

9 d’entre elles seraient installées côté wallon et 16 côté flamand.
Les dernières autorisations ont été accordées et les premiers coups de pelle étaient prévus pour la fin de 2012.

Ce qui est original, c’est que l’électricité verte est produite localement et sera directement injectée dans le réseau. [Frédéric Sacré, porte-parole chez Infrabel]

Mais, à peine autorisé, ce projet bat déjà de l’aile car une des communes concernées (Lincent : d’accord pour 3 éoliennes mais le permis en prévoit 5 sur cette commune) envisage un recours et a décidé de saisir le conseil d’Etat.

Le problème est toujours le même : il faut évoluer vers des énergies renouvelables, et les éoliennes n’ont pas que de bons côtés pour certains détracteurs… Je me permets cependant de douter de la soi-disant indépendance du groupe de réflexion britannique…

Les éoliennes citoyennes

eolienne_citoyenne_delville_rescoopPourtant, lorsque la population est partie prenante les choses se déroulent d’une manière beaucoup plus fluide et limpide.
Souvenez-vous des enfants propriétaires d’éoliennes à Mesnil-Eglise, petite commune belge.
L’engouement est tel que Bernard Delville, pionnier en la matière continue son petit bonhomme de chemin en multipliant les éoliennes citoyennes dans sa région, via son ASBL Vents d’Houyet.

A qui appartient le vent ?

C’est aussi grâce à sa démarche que le vent ne pourra devenir la propriété de multinationales qui pourraient profiter du marché en pleine évolution.

En effet, les ministres de l’énergie désirent établir une cartographie des zones les plus venteuses de notre pays afin d’y installer, à terme, des éoliennes. Cet ingénieur a donc pris de court la loi en se déclarant propriétaire du vent. Il profite du vide juridique sur les flux venteux !

C’est donc équipé de pelles, de bottes et de motivés qu’il est parti poser ses bornes aux extrémités de la Belgique afin de se déclarer propriétaire de l’air qui y transite : et ce n’est pas la dernière histoire belge, c’est du sérieux.borne_rescoop_eolienne_citoyenne

Vous vous en doutez, ce n’est pas pour s’approprier cette énergie renouvelable qu’il agit ainsi mais parce qu’il redoute (à raison) que des investisseurs étrangers s’emparent des meilleurs emplacements et se moquent du consommateur en revendant  très chère l’énergie produite par « leur vent »…

Je salue l’engagement et le courage de ce monsieur (que nous avons d’ailleurs rencontré en pleine action à la mer, dans les dunes, où il venait de poser une nouvelle borne.)

Vous trouverez ci-dessous quelques liens et vidéos sur le sujet.

Bonne lecture et bon vent.

Liens

Le vent, un bien public ? Bernard Delville parcourt la Belgique (jt RTBF 03/2011)

Le projet Train à voile (jt RTBF 04/06/2011)

Les plus et les moins : débat à propos des éoliennes (On n’est pas des pigeons RTBF 2011)



4 commen-Terres pour Eolienne et train à voile projet ou utopie ?

  1. Urus dit :

    Sa démarche est courageuse en effet. Et sa démarche est louable.
    Vous avez aussi un petit bout de côte, vers le nord, pour y implanter des hydroliennes !

    • Michèle dit :

      Oui, tu as raison, et la France a une longueur de pale d’avance sur la Belgique dans le domaine (avec la première hydrolienne au large de Paimpol), j’espère que ça donnera de bonnes idées aux élus verts!

  2. ornoir dit :

    Bonne année! Les énergies renouvelables? ça c’est enfin un bon projet pour l’avenir de l’humanité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *