City Tree 1 arbre urbain anti-pollution à Bruxelles

city_tree_bxl_credits_lavenir_470x280

Test d’un City Tree à Bruxelles afin de purifier l’air autant que 275 arbres !

Déjà opérationnel dans plusieurs villes européennes comme Paris, Berlin ou Oslo, ce « mobilier » urbain pourrait s’imposer afin de dépolluer et ré-oxygéner l’air ambiant, c’est l’objectif du mur végétal installé au Mont des Arts à Bruxelles.

Si l’expérience est positive, les 3 mois d’installation prévus pourraient être prolongés et les projets multipliés.

Un city tree, comment ça fonctionne ?

Imaginez un mur végétal. Sur ses deux faces, des plantes, de la mousse, qui purifient l’air des gaz à effet de serre (autant que le feraient 275 arbres). En tout, 16m² de surface végétale ultra connectée et autonome. 

Le City Tree est également équipé de capteurs qui collectent (en temps réel) des données climatiques et environnementales (polluants, taux d’humidité de l’air, T°, particules fines…).city_tree_bxl_200x137 L’ensemble de ces données offrira un aperçu global de la qualité de l’air : à l’entrée puis à la sortie du mur végétal. Le City Tree permet également une réduction de la température de l’air jusqu’à cinq mètres !

De l’eau de pluie est stockée dans un réservoir au pied du mur ce qui permet à un système d’arrosage automatique (alimenté par des batteries, alimentées elles-mêmes par un panneau solaire) de maintenir le taux d’humidité des plantes. Le City tree est donc autonome et éco-responsable.

Le city tree en chiffres

  • Taille :   2m80 x 2m80
  • Réservoir : 1000 litres d’eau de pluie
  • 1682 plantes individuelles

Le test actuel coûte néanmoins 25.000 euros, les villes manquent de recul, mais croisons les doigts pour que cette solution prometteuse puisse pallier le manque d’oxygène dans nos métropoles.

Comme tout test à ses débuts, des soucis sont venus ternir l’image de ce beau projet : il semblerait que le système d’arrosage automatique ait connu quelques failles en juin, la société berlinoise qui a installé le mur végétal a dû remplacer toutes les plantes… Quelques réglages et mises au point seront donc encore nécessaires avant de propager l’expérience à plusieurs villes. Le concept semble cependant tenir la route.

A lire également sur ce site : Strasbourg, ça pousse, une autre belle initiative verte de grande ville.

Vidéos

 Reportage dans le magazine Quel temps – RTBF – (09/2017)

Reportage au JT de RTL (04/2017)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *